« Tant que c’est bon, ça peut pas faire de mal »

Cette citation d’Alambic Dieudonné Corydon Talon, père de la créature intellectuelle de Greg, est un peu la figure de proue du navire ballotté agressivement sur des océans dangereusement placides et zébrés de lazy-boys à essence à partir duquel s’emporte mes élans motivés par une motricité inhérente à mettre les pieds devant sans y passer.

OK.

Alors que toute la population aboie de plus en plus furieusement à l’encontre d’une ère glaciaire qui perdure, j’ai fait mon bonhomme de chemin avec un mois de février particulièrement productif. Le froid, en courant: connais pas. Février (et l’hiver qui vient avec) a été bon pour moi. Très bon même; jamais vécu autant de bonheur! Ça ou baiser tous les jours: pareil! (OK, pas exactement la même chose mais bon…). J’y reviendrai à propos du froid.

Au moment ou j’écris ces lignes, (le 27 février à 5:51 du matin), j’en suis à 434,4 km de courus. À peine 15,6 à faire pour 450. 65,6 pour en faire 500…

Pourtant, ce matin, je me suis rendu compte que j’avais mis mon linge de course au lavage, hier soir, sans partir la laveuse. On appelle ça un acte manqué. Deux intentions en compétition donnent des pseudo-résultats; dans ce cas-ci, les collants longs de course sont secs, mais les shorts, elles, le sont moins (et aussi un peu odorantes, donc pas nécessairement appropriées pour un travail de bureau; petite note pour toi Le Chat; apparemment, que le parfum du coureur, appelé « musk » est un parfum qui attire la convoitise du sexe opposé – à essayer dans les bars peut-être?).

Alors,  je m’arrête ou je continue? 65,6 km c’est 32,8 km par jour seulement! 32,8 km, 2 fois 16,4, c’est un petit 4,7 km entre la maison et le métro de Longueuil, puis un petit 11,7 pour me rendre au travail en passant par le Parc Jean Drapeau et en suivant la piste du Vieux Port et quelques détours. Après, reste à revenir sur mes pas en soirée et je passe de 434,4 à 467,2 aujourd’hui, et refaire la routine le lendemain!

Puis PAF! 500km! En 28 jours!

Mais je fais ça pour le plaisir! Je cours parce que c’est plaisant! Pas parce que ça fait des beaux chiffres ronds! Je cours parce que c’est comme le sang qui circule dans mes veines: faut que ça circule!

OK Carl. Ferme-là et vas donc courir… T’arrêteras quand tu seras tanné..

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s