Un petit 200 km peut-être?

Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait un brevet de 200km. Après une semaine assez productive en terme d’entrainement, je m’étais dit qu’une petite balade à vélo pourrait être bénéfique. Pour la première fois en 6 ans, j’ai fait le brevet de 200km avec un vélo à vitesse; un Steve Bauer datant de 1985, assez lourd, mais équipé avec des pièces beaucoup plus vieilles, et certaines plus jeunes.

C’est quoi un brevet? Ceux qui savent ce que sait penseront automatiquement Paris-Brest-Paris, une randonnée de vélo plus que centenaire qui a lieu en France, au mois d’août de cette année. Un 1200 km à faire en au plus de 90 heures. Je ne m’étalerai pas plus sur le sujet, sauf pour expliquer qu’un brevet est une randonnée cycliste homologuée par le club Audax de Paris, faisant la promotion de l’usage du vélo dans un esprit fraternel. Il ne s’agit pas d’une compétition avec une médaille pour le gagnant, mais plutôt d’une activité qui invite l’accomplissement personnel.

Donc, je pars faire ce brevet, mais j’arrive en retard par une minute (tous sont partis, et fort probablement comme d’habitude, entraînés par les fusées (Perman et consorts). Alors j’ai tenté de les rejoindre, mais comme je n’avais pas l’intention de dépasser les 155 de fréquence cardiaque de toute la journée, sauf pour la Covey Hill, alors j’ai pris mon temps en les pourchassant. D’habitude, je rejoint les retardataires au premier point de contrôle, et le 3/4 du groupe à l’avant-dernier. Que nenni!

En fait, le groupe de ce premier 200 de 2015 est un des plus grands de l’histoire du club, et en plus, le calibre devait être assez élevé, car je n’ai retrouvé sur ma route que 4 de ces randonneurs, incluant 2 vétérans du Paris-Brest-Paris 2011.

Voici la carte du trajet:

Carte brevet 200

Et le profil du dénivelé:

Brevet 200 dénivellé

 

On remarque le tranchant tant redouté de la Covey Hill. Redouté car son ascension est pernicieuse! En effet, l’ascension commence au km 75, et les petites buttes font souvent place à des faux-plats; on a l’impression de monter alors que visuellement, on penserait être dans une pente descendante. Puis, au km 92 (env), la véritable ascension commence. La vitesse d’ascension décroît très rapidement et dans mon cas, il m’est arrivé de devoir la monter à pied. Mon expérience a été de la faire en pignon fixe, genre 47 x 15, 47 x 17, et une fois, je crois, en 47 x 13 (à vérifier). C’est certain que cela demande non seulement une grande force, mais aussi de stratégiser l’ascension afin de ne pas perdre de momentum, ni s’épuiser précocement.

La Covey Hill:

brevet 200 Covey Hill PR

Après, c’est de la descente jusqu’à l’ancien deuxième point de contrôle, une boulangerie-pâtisserie formidable, ou je me suis farci 2 baklava et une tartelette au sucre. Après avoir bu un bidon d’eau fraîche et l’avoir rempli pour le reste de la randonnée, soit 105 km, j’ai enfourché mon vélo pour affronter les vents changeants en compagnie d’un des vétérans du PBP.

La randonnée m’a pris 10 heures (8:35 de pédalage et un peu moins de 1:30 en pause), en partance de ma résidence et retour; le brevet est de 205 km, plus les 12 kilomètres pour le trajet entre chez moi et le point de départ/arrivé.

brevet 200 FC

Ça a été une bien belle journée, avec mon premier coup de soleil confirmé de l’année:

Coup de soleil

Une bien belle journée…

Et mes félicitations à Defrag, pour l’avoir fait en 7,5 heures en 47 x 17…  On s’est manqué de bien peu!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s