Dans les champs du Seigneur: après

Tout événement important devrait comporter son post-mortem. Comme il s’agissait de ma première course en montagne, je pense qu’une réflexion est utile en perspective de ce qui s’en vient.

On commence du plus grand au plus petit…

Métaphysique et spirituel;

C’est sûr que suer à grosses gouttes avec les deux pieds dans la bouette ça te connecte un corps dans la mère Gaïa de manière convaincante!

Mais plus encore, ce sont les passages où je courrais seul, isolé, où je me suis senti le mieux, connecté à moi-même. Pas d’épiphanie personnelle, pas de rush de Bêta-endorphines encore mais…

Social;

Rencontré 7 personnes significatives; l’aubergiste très sympathique et son auberge où je retournerais, la jeune femme de Boucherville qui a fait sa première course en sentier et qui m’a trouvé ambitieux de faire l’aller-retour en vélo de Longueuil et de faire le 22 km, la bénévole qui était épatée de savoir que j’avais grimpé Maple en vélo, François le sympathique retraité qui passe son temps à marcher en forêt, Kathy Saint-Laurent, une femme inspirante, la rousse que j’ai dépassé en vitesse (et que j’aurais donc du me casser la gueule juste assez pour perdre connaissance et qu’elle me ranime au bouche-à-bouche), le gars en short fluo que j’ai impressionné tant dans ma vitesse que ma chute (« heille! ça valait une photo ça!! » l’ai-je entendu) et le coureur avec qui j’ai cassé la croûte après la course. Objectifs de socialité raisonnablement remplis.

J’ai aussi apprécié de laisser passer pleins de gens. Si certains m’ont remercié, d’autres semblaient perplexes. C’est correct tel quel; j’étais là pour apprendre, me tester un peu, et me garder du jus pour le retour à vélo. J’allais là pour l’expérience personelle de la chose, selon mes propres règles, l’expérience d’une liberté peu souvent explorée et que j’ai à peine effleurée…

Ce faisant, pourquoi aurais-je nuit aux autres en m’entêtant à garder une position et forcer les autres à me dépasser plus difficilement que nécessaire? Mieux encore: pourquoi pas les aider en limitant les possiblités de les ralentir et en leur ouvrant le chemin? Et en plus, cela me faisait plaisir de le faire…

Psychologique et émotionnel;

Mentalement, je partais avec de l’appréhension et de la crainte. Mais j’avais aussi l’excitation du nouveau. En plus, je me sentais quand même confiant. Faussement confiant; je me croyais capable de le faire en pensant que mes petites escapades sur le mont Royal feraient le coureur de sentier. C’est vrai que grâce à mes entraînements sur le mont Royal, j’ai pu m’en tirer, mais j’ai bûché beaucoup plus que je ne l’avais envisagé…

Avant la pente du 12 ième kilomètre, je pensais abandonner. Mais je me disais que j’aurais à faire la route du retour en marchant, alors la décision était prise; je devais continuer. Mais en plus, gravissant la pente menant au ravitaillement, regardant ma fréquence cardiaque à 150 seulement, et dépassant une vingtaine de personnes…  La confiance m’est rentré dedans comme si je tombais dans mon lit; le reste irait comme un rêve…

OK. Pas comme un rêve, mais quand même; mentalement, j’ai arrêté de penser négativement, et le reste est venu tout seul.

Physique;

Je suis parti avec un problème à la cheville gauche qui a rapidement disparu passé les premiers deux kilomètres.

Petit point au thorax qui dura une trentaine de minutes. Un pincement à gauche est apparu peu avant la montée menant au ravitaillement du 12ième kilomètre. Il disparu aussitôt reparti pour ne plus revenir.

La chute m’a occasionné une bonne ecchymose au bras droit et une sensibilité juste au-dessus du bassin à droite qui est encore douloureuse.

Le reste de la course en mode full pin m’a vraiment beaucoup plus!

Et une infection à l’oeil gauche dont j’ignore l’origine.

Je récupère très bien. Je me suis reposé le dimanche et me suis remis à courir pour mon commuting habituel. Mais pas comme d’habitude… J’ai couru plus vite! Et c’est assez surprenant! Selon les résultats revus et corrigés, je passe de la 125 ième position à la 133 sème. Je m’en fout; je l’ai fait sachant très bien que je ne ferais pas de podium, alors 4 sème ou dernier, même combat.

Prochaine épreuve: Québec Mégatrail: 50km en sentier sur le mont Ste-Anne et 1800 mètres de dénivelé. Et la semaine avant, je serai en vacances au Boot Camp de la certification d’entraîneur en course à pied de courir.org.

Ça va coller au fond.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s