V0 et pieds nus au crépuscule

Avant-hier, j’ai réussi ma première escalade de bloc en intérieur. Niveau « v0 » (Vé-zéro).

Ce n’est pas une vitesse nulle relative à un point fixe de l’espace-temps; c’est certainement un point de départ qui me confronte à ma crainte des hauteurs. Les petites prises jaunes que j’agrippent avec une certaine appréhension restent mes meilleures chances d’arriver au sommet.

Avec cela, je combine les efforts et les environnements; je pars tôt le matin en vélo pour me rendre à l’escalade. Puis, je repars à la maison par le même véhicule.

Puis je repars courir un 10 ou 12 km en chaussons minimalistes pour aller prendre une bière. Après la bière, je repars pieds nus pour un 5 ou 8km.

Pas demain. Ma dernière course pied nus m’a montrer une limite nouvelle; l’usure de la plante des pieds. Habituellement, je peux courir la distance séparant Berri/Ste-Catherine et le Vieux Longueuil avec quelques éraflures aux orteils. Hier, c’est la plante du pied gauche qui a érodé. Première fois que ça m’arrive. Pourtant couru sur du verre coupé (pied droit) sans aucune trace de blessure lors de la même course. Là c’est un beau pouce carré que j’ai du traiter.

J’ai utilisé la même technique de soin que pour les doigts en escalade; ciseau pour couper la peau arrachée, nettoyage de la plaie avec un bon désinfectant puis application d’un onguent antibiotique avec pansement. Ce soir, je peux marcher dessus. Demain, peut-être pourrai-je courir avant d’escalader?

Kakuma

Je vais courir le marathon de Montréal pour une bonne cause: le financement de l’école secondaire pour jeunes filles Morneau Shepell. Cette école est située dans le camp de réfugiés de Kakuma, au Kenya, et est le fruit d’une collaboration avec le Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNCHR). Morneau Shepell, entreprise canadienne, s’est engagée à financer les activités d’enseignement de cette école jusqu’en 2020. Nous espérons ainsi accroître la population d’élèves progressivement à chaque année.

360 élèves devraient bénéficier de l’enseignement en 2017 mais aussi de la vie scolaire de cette école. Déjà 340 y reçoivent des cours visant à éduquer les filles qui deviendront demain des femmes mieux outillées à prendre le leadership du développement de ce pays. L’endroit est sécuritaire et propre à leur épanouissement.

En 2013, 550 personnes du camp y suivaient des cours en informatique, mathématiques, et en physique en plus du curriculum régulier pour les élèves. Déjà, certains se sont vu offrir des emplois.

Je vous invite à encourager et soutenir cette initiative, par l’entremise de ma page de financement:

http://www.kakumamarathon2016.myevent.com/participant/367635

Merci de votre soutien!

… et on se revoit au marathon de Montréal, peut-être?